Motion de censure : moulin à prières démocratiques

12 Juillet 2022

Dans l’épisode de la motion de censure déposée le 11 juillet par La France insoumise, au nom de la nouvelle mouture de l’union de gauche, tout est simulacre.

La gauche a fait semblant de s’opposer, en sachant que sa manœuvre n’avait aucune chance d’aboutir. Le gouvernement et ses députés ont fait semblant de s’indigner, alors que la Nupes ne fait que remplir son contrat d’opposant de Sa Majesté. Le Rassemblement national a joué au défenseur de l’intérêt national qui ne s’abaisse pas aux mesquines querelles politiciennes, le rôle de composition que Le Pen veut désormais imposer à sa bande parlementaire.

La droite de LR a fait de l’ironie facile et fait semblant d’attendre une heure qui ne viendra plus. Et le manège politicien a fait son petit tour dans l’indifférence générale, y compris celle des journalistes les mieux disposés à l’égard de l’espèce parlementaire.

Ce qui fait la vie quotidienne de millions de travailleurs, les bas salaires, la hausse des prix, la recherche d’un emploi ou d’un logement, n’est qu’un prétexte à faire des discours tellement formatés que ceux qui les débitent pourraient les réciter en dormant.

D’ailleurs, certains le font.

P. G.