OTAN : en ordre de bataille contre la Russie

29 Juin 2022

Dans la foulée du sommet du G7 en Bavière, les dirigeants des grandes puissances organisaient à Madrid, du 28 au 30 juin, un sommet de l’OTAN, l’organisation militaire de l’Atlantique Nord, qui constitue l’un des bras armés de l’impérialisme américain.

L’arrière-fond de ces deux sommets des brigands qui dirigent la planète est la guerre qui oppose, par Ukraine interposée, la Russie de Poutine aux États-Unis et à leurs alliés. Si, lors du G7, les dirigeants occidentaux ont fait de la diplomatie, en noyant leur volonté d’isoler et d’affaiblir la Russie dans des considérations économiques ou humanitaires, la réunion de l’OTAN était destinée à mettre leurs armées en ordre de bataille.

Dans les années consécutives à l’éclatement de l’Union soviétique, l’OTAN n’a cessé d’avancer ses pions autour de la Russie, pour faciliter l’accès des capitalistes occidentaux à ses immenses ressources et à son marché. En même temps, dans les premières années de restauration d’un pouvoir fort, et malgré les méthodes brutales de Poutine, la Russie restait un « partenaire stratégique » pour l’OTAN. Poutine était régulièrement invité aux sommets du G7. Les relations diplomatiques se sont dégradées en 2014, quand les États-Unis ont aidé un gouvernement nationaliste pro-occidental à prendre le pouvoir à Kiev, poussant les russophones du Donbass à faire sécession. Désormais, les chefs de l’OTAN désignent la Russie comme « la menace la plus importante et la plus directe pour notre sécurité ». Et ils en tirent les conclusions pratiques.

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, les pays membres de l’OTAN ont livré massivement des armes au gouvernement Zelensky, tout en veillant à ne pas s’impliquer eux-mêmes comme belligérants. Après le retrait partiel de l’ armée russe du nord de l’Ukraine, les dirigeants américains ont changé de ton, affichant leur volonté d’affaiblir durablement la Russie et promettant aux Ukrainiens, qui fournissent les combattants, et donc les morts, qu’ils « seront à leurs côtés jusqu’à ce que le combat soit terminé ». Si l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN n’est pas à l’ordre du jour, ses parrains veulent remplacer son armement ex-soviétique par des « armes modernes du type OTAN ».

Les uns après les autres, les États membres de l’OTAN augmentent leur budget militaire pour le porter à plus de 2 % de leur PIB. Malgré l’opposition, finalement levée, du président turc Erdogan, qui les accuse de trop soutenir ses opposants kurdes et essaie d’obtenir des compensations, la Suède et la Finlande vont rejoindre l’OTAN.

Le secrétaire général de l’organisation vient d’annoncer que celle-ci va porter de 40 000 à « bien plus de 300 000 » le nombre de soldats de la force de réaction, c’est-à-dire de soldats immédiatement prêts au combat. Ces troupes vont être redéployées, avec la création de huit groupements tactiques dans les pays voisins de la Russie, pays Baltes, Pologne, Roumanie, Hongrie, Slovaquie et Bulgarie. En plus des États-Unis, d’autres puissances installent des bases permanentes dans ces pays. Ainsi une base militaire destinée à accueillir jusqu’à 5 000 soldats français, leurs armes lourdes et même un système de radars, sera bientôt opérationnelle en Roumanie.

Même si une partie de ces annonces est encore un affichage des dirigeants occidentaux pour montrer leurs muscles, et même s’ils répètent depuis le 24 février que l’OTAN n’est pas en guerre contre la Russie, ils se préparent ouvertement à la faire. Ils préparent surtout leurs populations à « mourir pour nos valeurs », c’est-à-dire pour les intérêts de leurs capitalistes.

Xavier LACHAU