Loyers : plafonnement ou encouragement ?

29 Juin 2022

Le ministre de l’Économie a annoncé un plafonnement à 3,5% de la hausse des loyers lors des révisions, à la date anniversaire du bail, qui interviendront durant un an à partir de juillet.

Pour un loyer de 600 euros mensuels, c’est permettre une augmentation de 252 euros par an, ce qui n’empêche pas le gouvernement de juger cette mesure « équilibrée » ! Son prétendu « bouclier » contre l’inflation correspond en fait à la hausse attendue en juillet de l’indice de référence des loyers (IRL), qui sert de base aux bailleurs pour les augmentations annuelles. S’il voulait encourager les bailleurs et propriétaires à augmenter les loyers, le gouvernement ne s’y prendrait pas autrement.

Quant à l’augmentation des APL de 3,5 % annoncée à partir de juillet, c’est non seulement un trompe-l’oeil mais aussi une goutte d’eau comparée aux ponctions de ces dernières années. Elle ne concerne d’ailleurs qu’une partie des locataires car un célibataire payé au smic, considéré comme trop riche, en est exclu. Au total, c’est se moquer du monde, plus exactement de ceux pour lesquels les dépenses de logement absorbent un tiers, voire la moitié ou encore davantage, du budget.

Jean SANDAY