Luc Dubois, préparateur de commandes dans le Nord

01 Juin 2022

Candidat dans la 5e circonscription du Nord, la lutte de classe, c’est mon patron qui me l’a apprise, quand il a compris que j’avais envie d’aider les travailleurs à s’organiser dans l’entrepôt où je travaille, qui fournit des magasins de chaussures.

Les petits combats que nous avons pu mener nous ont fait constater la rapacité de nos patrons et la complicité de l’État à leur service : les gendarmes prenant fait et cause pour notre patron lors d’une grève ; ou les tribunaux de commerce acceptant que certains magasins soient revendus à un margoulin, condamné pour abus de biens sociaux et banqueroute.

Certains collègues et moi en avons tiré de l’expérience que nous ne pouvions vraiment compter que sur nous et nos mobilisations, et non sur un quelconque « sauveur suprême ».

Je me rappelle avoir vu ces illusions quand j’étais jeune, lors du résultat de l’élection de Mitterrand en 1981 : mes parents et des voisins étaient sortis sur le pas de porte en criant « On a gagné »… et je me rappelle aussi surtout de leurs désillusions et de la démoralisation que cela a engendrée, quand la gauche a mené sa politique au service de la bourgeoisie, contre les travailleurs.

Vivre dans une société débarrassée de l’individualisme, des guerres, de la misère, vivre dans une société fraternelle, cela passe par la lutte pour la débarrasser du capitalisme.