Il manque 500 euros : eux-mêmes le disent !

18 Mai 2022

Dans une enquête commandée par Cofidis, les personnes interrogées ont estimé qu’il leur manquait 490 euros par mois en moyenne pour vivre convenablement.

Il n’y avait certes pas besoin d’une telle enquête pour savoir que le pouvoir d’achat des travailleurs est en baisse avec le blocage des salaires et l’inflation qui s’accélère. Et cela évidemment ne date pas de février et du début de la guerre en Ukraine. C’est chez les jeunes de 25 à 34 ans (76 %), les ouvriers (72 %) et les familles monoparentales (78 %) que cette baisse du pouvoir d’achat est la plus dramatique. Chez tous ceux-là, la seule solution est de rogner sur tout, en diminuant les dépenses du quotidien comme l’alimentation, en baissant le chauffage, en consommant moins d’eau ou d’électricité. Au total une personne interrogée sur six déclare être à découvert tous les mois.

Pour une entreprise comme Cofidis, cette enquête est une occasion de promouvoir ses crédits à la consommation aux taux d’intérêt élevés auxquels beaucoup doivent recourir pour surmonter une passe difficile. Mais pour les travailleurs, c’est la confirmation qu’il faut revendiquer des hausses de salaire importantes de l’ordre de 500 euros par mois et un salaire minimum de 2 000 euros net, sans oublier l’indexation des salaires sur l’inflation. Rien à voir avec les promesses de Macron, avec son chèque alimentaire qui devrait paraît-il être voté en urgence dès juillet !

Cédric DUVAL