Migrants : insécurité et traque policière

11 Mai 2022

Le 3 mai, vingt-sept mineurs non accompagnés, des adolescents étrangers arrivés en France, se sont vu refuser l’accès à un centre d’hébergement.

Depuis, ils errent dans Paris, traqués par la police. Cette situation insupportable est le résultat de la politique antimigrants que mène le gouvernement.

En effet, depuis deux mois, ils étaient une centaine de jeunes qui survivaient dans des campements sous le périphérique dans le nord de Paris, laissés là, en proie à l’insécurité de la vie dans la rue. Malgré les alertes des associations, rien n’a été fait pour les mettre à l’abri. Le soir du 1er mai, ils ont subi une agression, l’un d’entre eux a dû être amené à l’hôpital, et c’est finalement ce qui a amené les autorités à réagir. Mais de quelle manière ! Des cars les ont emmenés vers un centre d’hébergement, 27 d’entre eux y ont été refusés, car l’administration n’avait pas encore officiellement confirmé qu’ils étaient mineurs.

De nouveau jetés à la rue, ces jeunes ont réinstallé leur tente sur le lieu où ils survivaient la veille. Sept cars de CRS les ont alors repoussés hors de Paris, menaçant de les pourchasser où qu’ils aillent. Après plusieurs heures d’errance dans les rues, suivis par la police, les jeunes ont finalement pu installer leur tente dans un square de l’est parisien pour y passer la nuit.

Joséphine Sina