CMA CGM : les emplettes de l’armateur

11 Mai 2022

La CMA CGM, première compagnie de navigation française et troisième mondiale dans le transport de conteneurs, a acheté le groupe de presse La Provence aux héritiers de Bernard Tapie. Pour évincer la concurrence, le groupe a offert quatre fois le prix, déboursant 81 millions d’euros.

L’armateur prétend évidemment agir pour garantir « l’indépendance du journal et de sa rédaction » et, au-delà, se mettre au service du « rayonnement du territoire provençal ». Il est bien connu en effet que les capitalistes se payent des clubs de foot par amour du dribble et achètent des pur-sang pour contribuer à l’amélioration de la race chevaline. La CMA CGM, puissant capitaliste marseillais et désormais l’un des premiers du pays, s’est payé son organe de presse comme Dassault avait acheté Le ­Figaro, ­Arnault Les Echos et Bouy­gues TF1.

Depuis le début de l’année l’armateur a aussi acquis 47 navires d’occasion et des participations dans de multiples ports autour du monde. Il a lancé la construction d’un port en eaux profondes en Colombie et a racheté Gefco, une entreprise de logistique comptant 11 500 salariés dans le monde. Ces milliards de cash disponible résultent d’une année 2021 exceptionnelle, où les bénéfices des armateurs ont crevé tous les plafonds. La CMA CGM s’était alors entendue avec ses concurrents pour organiser la pénurie de porte-conteneurs et faire monter les prix des transports maritimes, allant jusqu’à les multiplier par dix sur certaines lignes. Le vol a été tellement manifeste que l’administration américaine s’est sentie tenue d’ouvrir une enquête.

Désormais, grâce à cette puissance financière décuplée, la presse démocratique provençale chantera les louanges de la CMA CGM, et dans les grands pins les cigales pourraient en faire autant.

Paul GALOIS