Inflation : vers de nouveaux records

04 Mai 2022

En avril, d’après les statistiques officielles, les prix ont augmenté de 4,8 % sur un an. La hausse des produits alimentaires est particulièrement forte et les loyers devraient à leur tour augmenter. Or il s’agit des deux principaux postes de dépense des familles populaires.

Des chiffres définitifs ont aussi été publiés concernant l’augmentation du prix des céréales au mois de mars, sous l’effet de la spéculation provoquée par la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie : leur prix augmente de 37 % en un seul mois et de 69 % sur un an. C’est aussi le cas pour l’huile, en hausse moyenne de 27 % en un mois, en particulier l’huile de tournesol (+43 %). Le problème ne se limite cependant pas aux céréales et à l’huile, puisque les prix agricoles ont augmenté en moyenne de 27 % entre mars 2021 et mars 2022.

L’inflation généralisée frappe le consommateur, mais peut aussi mettre en difficulté des petites et moyennes entreprises, coincées entre leurs fournisseurs et leurs donneurs d’ordres. Les grands groupes sont bien plus en mesure de capter le gros des aides publiques et de répercuter leurs hausses de coûts sur les capitalistes moins puissants ou sur les consommateurs.

Ceux de l’alimentaire ne s’en sont pas privés : Heineken, Danone et Nestlé ont récemment fait savoir à leurs actionnaires que leurs dernières hausses des prix leur ont permis d’augmenter leur chiffre d’affaires au premier trimestre 2022 et de maintenir voire dépasser les objectifs de rentabilité fixés l’an dernier.

Les travailleurs se serrent la ceinture et la famine menace pour que quelques grands groupes puissent tenir les promesses faites à leurs actionnaires.

Sacha Kami