Chèque alimentaire : les travailleurs ne font pas la manche

04 Mai 2022

En cette période électorale, on reparle du chèque alimentaire. Macron s’en est fait le promoteur pendant toute sa campagne présidentielle et a annoncé le 22 mars sur la radio France Bleu qu’il allait le mettre en place.

Le président en avait parlé pour la première fois déjà en décembre 2020 devant la Convention citoyenne pour le climat, mais bien que voté par l’Assemblée, ce chèque n’a toujours pas vu le jour. Macron prétend avec celui-ci « aider les ménages les plus modestes » face à la hausse des prix.

Le contour précis de ce fameux chèque serait en train d’être fixé. Il pourrait concerner huit millions de bénéficiaires, et son montant pourrait se situer entre 30 et 60 euros par mois, sans que l’on sache pour combien de temps.

Ce chèque sera financé par l’État, c’est-à-dire par les impôts. Cela revient à donner d’une main aux travailleurs ce qu’on leur vole de l’autre. Mais ils ne demandent pas l’aumône, ils produisent tout et veulent pouvoir vivre correctement de leur travail, ce qui nécessite une augmentation conséquente des salaires et des retraites. Il faudra forcer les patrons à la payer.

Daniel MESCLA