Ehpad Bridge : le scandale et les affaires continuent

27 Avril 2022

Après Orpea et Korian, c’est au tour des Ehpad du groupe Bridge d’être accusés de graves manquements et maltraitance envers les résidents, dans une enquête réalisée par Radio France.

Depuis le début de l’année, il y a eu plusieurs journées de grève et de manifestation avec les familles des résidents dans les Ehpad de ce groupe, comme à Saint-Sernin en Ardèche et dans trois établissements du Haut-Rhin.

À l’Ehpad des Fontaines, près de Colmar, la directrice a été licenciée parce qu’elle refusait de supprimer huit postes, et depuis il y a trois aides-soignantes par étage, là où auparavant il y en avait cinq. D’après une aide-soignante, « les douches sont aléatoires. On n’a pas le temps. On a les yeux rivés sur le chrono. » Selon une autre, « les gens sont moins levés, il y a moins de temps pour leur donner à boire ou à manger ».

D’après Radio France, ce sont des pratiques courantes dans les établissements de ce groupe. Des problèmes similaires ont ainsi été dénoncés dans des Ehpad du Centre-Val-de-Loire et de Normandie. Et près de 60 % des établissements accueillent plus de résidents que l’État ne le leur autorise.

Avec 34 Ehpad, le groupe Bridge est loin derrière les mastodontes du secteur : Korian et Orpea, qui à eux deux en gèrent, ou plutôt en pillent, plus de 700 en France. Mais ce petit groupe, créé en 2017 par un ancien consultant du cabinet mondial d’audit financier Ernst & Young, compte parmi ses principaux financeurs des fonds d’investissement comme Montefiore, un groupe français qui se vante d’être un des plus profitables pour ses actionnaires en leur assurant plus de 20 % de rendement par an !

Le groupe veut devenir un des dix premiers dans le secteur des maisons de retraite en France, et pour y arriver applique les mêmes méthodes que ses concurrents : bloquer les salaires et supprimer des postes, faire payer le plus cher possible les familles, diminuer le plus possible la qualité des soins et des prestations, etc. Du moment que cela rapporte, rien ne les arrête.

Arnaud LOUVET