École Pasteur – Saint-Denis : non aux mutations forcées !

27 Avril 2022

Malgré la mobilisation nombreuse et déterminée des parents d’élèves et des enseignants, la direction académique a envoyé leur nouvelle affectation aux six enseignants de l’école Louis-Pasteur de Saint-Denis mutés de force. C’est une sanction déguisée, même si l’administration a le culot de prétendre le contraire.

Ces six professeurs enseignent pour certains depuis plus de dix ans dans cette école d’un quartier populaire réputé difficile. Ils sont soudés et militants et, comme nombre de professeurs des écoles, ils protestent contre les directives de l’Éducation nationale, prompte à exiger des évaluations mais ôtant d’année en année des moyens humains.

En septembre dernier, une nouvelle directrice, envoyée par le rectorat, avec la volonté de tout régenter et de mettre au pas l’équipe, s’est heurtée aux enseignants de l’école. Énervée de ne pas les voir plier, elle est allée s’épancher dans un journal d’extrême droite, les accusant « de faire partie du lobby LGBT », et elle a même donné des noms et des numéros de téléphone à ce journal. Malgré cela, la direction académique s’en est prise aux enseignants, les accusant d’être responsables des dysfonctionnements. Et lorsque ces derniers ont pu enfin consulter leurs dossiers, ils étaient vides de tout élément probant ; pire, on y retrouvait les éléments de langage du journal d’extrême droite.

Depuis le 8 avril, les 19 professeurs de l’école sont en grève. Ils ont reçu le soutien d’une ancienne directrice, dont le témoignage n’a pas été retenu. Les parents ont soutenu les enseignants, le vendredi 15 avril devant la mairie de Saint-Denis, le mercredi 20 devant le ministère de l’Éducation nationale. Dans un communiqué, les parents s’inquiètent de la prochaine rentrée en mai, car à ce jour ils ne savent pas qui va remplacer les enseignants mutés.

Qu’importe si les enfants sont attachés à leur professeur, habitués à sa méthode de travail ! Les parents d’élèves dénoncent ce mépris de l’institution à l’égard de leurs enfants et des enseignants. Ils seront présents à la manifestation du 1er mai et déterminés à reprendre leurs actions dès le 9 mai, jour de la rentrée.

Correspondant LO