Ville de Paris : justice pour Moussa !

13 Avril 2022

Environ 150 personnes se sont rassemblées mercredi 6 avril devant le centre d’action sociale du 20e arrondissement de la ville de Paris (CASVP), à l’appel de la CGT et de l’ensemble des syndicats, pour demander des comptes suite à la mort d’un salarié.

Tombé le 21 février d’une hauteur de 5 mètres en nettoyant une vitre du CASVP, Moussa est décédé le 5 mars. Les premiers éléments d’information semblent indiquer qu’il n’avait ni les équipements de sécurité ni la formation requise pour ce travail dangereux. Les syndicats du CASVP ont voté pour qu’il y ait une enquête du comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) afin de faire la lumière sur cet accident.

Ce qui est certain est que la recherche d’économies par la Ville de Paris lui a fait choisir une société de sous-traitance, en l’occurrence Maintenance Industrie, qui a réalisé plus de 463 000 euros de bénéfices en 2020, pour un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros. On a découvert que cette société, pour tenter de se dédouaner, a poussé le vice jusqu’à modifier la qualification de Moussa le mois de l’accident du travail, le faisant passer d’agent de service 1er échelon à agent qualifié de service 3e échelon, qualification obligatoire pour le nettoyage de vitres à l’extérieur et en hauteur.

Les membres de la famille, des agents du CASVP, des salariés du nettoyage d’autres entreprises, avec le soutien de militants du quartier, ont manifesté jusqu’au siège de Maintenance Industrie, pour dénoncer ce recours à la sous-traitance de la Ville et demander justice pour Moussa.

Correspondant LO