Omexom – Montélimar : contre le recul des conditions de travail

13 Avril 2022

Les travailleurs d’Omexom à Montélimar installent des postes électriques haute tension pour une filiale de Vinci, richissime numéro 1 français du BTP.

Ils font face à la remise en cause de certains droits d’usage, comme la journée de travail fixée à un maximum de 10 heures qui incluait le temps de trajet, et à la dégradation de leurs conditions de travail : au travail pénible s’ajoutent le sous-effectif permanent, la pression pour travailler toujours plus et plus vite, les salaires insuffisants…

À l’appel de la CFDT, la trentaine de travailleurs du chantier et certains du bureau d’études se sont mis en grève le lundi 4 avril, du jamais vu depuis trente ans sur ce site. Le lendemain, la direction les a fait attendre deux heures avant de s’engager sur quelques points, mais a refusé de leur payer ces deux heures ! Cette provocation les a déterminés à faire une deuxième journée de grève complète.

Les travailleurs d’Omexom se sont fait respecter, puisque la direction a finalement reculé sur les temps de trajet et s’engage à revaloriser les indemnités kilométriques.

Correspondant LO