Mulliez-Decathlon : savoir sauvegarder l’essentiel

06 Avril 2022

On peut se demander pourquoi la famille Mulliez, implantée en Russie avec trois de ses enseignes, a fait le choix d’y maintenir Auchan et Leroy Merlin, et a annoncé cesser les activités de Decathlon.

Les deux premières sociétés réalisent là-bas un chiffre d’affaires important, 3,1 milliards d’euros pour Auchan sur un total mondial de 32 milliards, et 4,2 milliards pour Leroy Merlin sur 23,4 milliards dans le monde. De plus, les deux enseignes s’approvisionnent très majoritairement sur le marché russe, jusqu’à 90 % pour Auchan. C’est tout l’inverse pour Decathlon qui, avec 60 magasins, importe pratiquement 100 % de ses approvisionnements et réalise un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros, soit 2,3 % des 13,8 milliards réalisés dans 70 pays avec 1 747 magasins.

C’est ce qui fait de Decathlon l’enseigne du groupe Mulliez la plus implantée à l’échelle mondiale et la plus sensible aux pressions internationales quant à son image de marque. Et c’est sans compter avec les ventes en ligne qui ont décollé ces trois dernières années pour atteindre 21 % du chiffre d’affaires global et qui contribuent à l’explosion de la marge bénéficiaire sur laquelle se rémunèrent les actionnaires : + 66 % en 2021.

Il est probable que les activités de Decathlon continueront en Russie, sous une forme ou sous une autre. Mais en annonçant quitter la Russie avec une enseigne tout en maintenant les deux autres, les Mulliez font en fait un calcul financier qui préserve au mieux leurs intérêts à l’échelle du groupe.

Philippe Logier