Réfugiés : deux poids, deux mesures

23 Mars 2022

L’Union européenne (UE) a heureusement ouvert ses portes aux Ukrainiens qui fuient la guerre, ce qu’elle n’a pas fait pour les Syriens, les Irakiens ou les Afghans. Mais pour certains réfugiés en provenance d’Ukraine, les choses sont plus compliquées.

C’est par exemple le cas pour des étudiants originaires du Maghreb et d’Afrique qui vivaient en Ukraine et arrivent aujourd’hui dans l’Union européenne. Un certain nombre d’entre eux se dirigent vers la France, où ils ont des proches ou dont ils parlent la langue. La droite et l’extrême droite se sont emparées de la nouvelle pour s’opposer à leur accueil et l’UE et les autorités françaises exaucent leurs vœux. Une instruction gouvernementale française du 10 mars exclut ainsi de l’asile les « ressortissants de pays tiers qui sont en mesure de regagner leur pays d’origine dans des conditions sûres et durables ». Par exemple, la Côte d’Ivoire étant considéré comme telle, les Ivoiriens qui arrivent d’Ukraine en France sont expulsables.

Parmi ceux qui fuient les bombes et les horreurs de la guerre en Ukraine, il y aurait donc des réfugiés qu’il faudrait accueillir, et d’autres qu’il faudrait chasser. En matière d’inhumanité vis-à-vis des migrants, l’imagination des gouvernements n’a pas de limite.

Michel BONDELET