Safran - Île-de-France : pour les 200 euros

26 Janvier 2022

Les travailleurs des principaux sites Safran de la région parisienne, Corbeil, Villaroche, Gennevilliers, Saint-Quentin-en-Yvelines se sont retrouvés en grève et manifestation mercredi 19 janvier à Corbeil.

Les travailleurs revendiquent une augmentation générale des salaires, qu’ils ont fixée à 200 euros uniforme pour tous. Ce jour-là il y avait des appels de la CGT dans tout le groupe, et une réunion de négociation salariale pour 2022 se tenait à la direction générale située à Corbeil.

L’agitation sur les salaires a commencé en décembre. Alors que la direction affiche de confortables profits qui sont distribués aux actionnaires, l’annonce en parallèle de la poursuite de la rigueur salariale n’est pas passée et des débrayages et heures d’information syndicale ont eu lieu dans de nombreux sites du groupe. Le mécontentement étant réel, les mouvements ont repris par endroits dès le début janvier, en particulier à Corbeil avec plusieurs débrayages.

L’idée de se retrouver tous ensemble a trouvé un écho favorable et, à Villaroche, les inscriptions aux autocars pour se rendre au rassemblement ont pris rapidement tournure. Autour de 500 grévistes (dont plus de 300 de Corbeil), se sont retrouvés sur les parkings, puis à l’intérieur du site devant le bâtiment de la direction générale.

Après cette action, à Villaroche des travailleurs des ateliers se sont réunis pour discuter de la suite. Sur le site de Corbeil, des débrayages regroupant de 100 à 120 personnes se sont poursuivis les jours suivants, avec rassemblements tantôt au magasin Expéditions, au portail véhicules, ou devant la direction.

Sur l’ensemble des centres, des grèves avec actions locales allaient avoir lieu à l’occasion de la journée du 27 janvier.

Correspondant LO