Migrants : l’Europe forteresse toujours plus meurtrière

26 Janvier 2022

Dans son bilan annuel pour 2021, Frontex, l’agence créée par l’Union européenne pour aider les États à bloquer les migrants aux frontières extérieures, se déclare satisfaite de ses « excellents résultats ».

Frontex affiche le nombre de kilos de drogue saisis, de trafiquants identifiés, pas celui des morts dont les États européens sont responsables. Il y en aurait eu 1 500 en 2021 selon une agence de l’ONU, et probablement bien davantage. L’ONG espagnole Caminando Fronteras (En parcourant les frontières) fait état de 4 404 morts et disparus lors de leur navigation vers l’Espagne, le chiffre le plus élevé depuis son premier recensement il y a sept ans. En effet les moyens supplémentaires déployés pour détecter les présences de migrants aux frontières extérieures de l’Union européenne les incitent à emprunter de nouveaux itinéraires, encore plus dangereux et meurtriers. Le directeur de Frontex se félicite d’une nouveauté porteuse de nouveaux drames. Elle consiste à déployer des agents de terrain, au nombre de 2 000 aujourd’hui et qui devraient atteindre 10 000 d’ici à 2027.

Il est bien significatif que l’un des seuls points sur lequel les États membres de l’Union européenne ont réussi à surmonter leurs multiples conflits soit la création d’un corps de gardes-frontières et de gardes-côtes armés portant un uniforme européen. Cette Europe, c’est celle des camps de rétention et de la traque policière, et certainement pas celle du progrès que vantent ses dirigeants !

Jean SANDAY