Municipales à Mainvilliers : petit baron noir

19 Janvier 2022

Dimanche 16 janvier, le premier tour d’une élection municipale avait lieu à Mainvilliers, une banlieue ouvrière de Chartres. L’occasion pour les militants locaux de monter pour la première fois une liste Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs, qui s’est heurtée aux manœuvres et aux pressions de l’équipe municipale sortante dirigée par le Parti siocialiste.

Le PS avait visiblement très peur de perdre cette dernière mairie « de gauche » dans l’agglomération chartraine, et les postes allant avec. En effet, il n’avait remporté la mairie qu’avec 27 voix d’avance sur la droite en 2020, ce qui avait motivé l’annulation du scrutin. Dans ce contexte, la présence d’une liste ouvrière, constituée d’employés, de femmes de ménage, de chômeurs, semble avoir affolé le PS. Il a donc activé ses réseaux pour faire pression sur des candidats de notre liste afin qu’ils se retirent, voire se retournent. Ils les ont appelés, pris à partie devant l’école de leurs enfants, leur ont demandé des comptes.

Pour ces notables qui n’ont que le mot « démocratie » à la bouche, que des travailleurs se présentent et s’organisent pour se faire entendre était inacceptable. Leurs tentatives n’ont pu empêcher notre liste d’être présente. Même si le score obtenu au soir du premier tour est faible – 1,34 % des votants, soit 34 voix –, il était important de saisir cette occasion de défendre nos idées.

Correspondant LO