Livret A : A comme appauvrissement ?

19 Janvier 2022

Le ministre de l’Économie, Le Maire, a annoncé que le taux du Livret A passera de 0,5 % à 1 % en février. Une augmentation qui reste inférieure à celle des prix.

Le Livret A est le compte épargne le plus utilisé, en particulier dans la classe ouvrière : 56 millions de personnes en ont un. Son taux d’intérêt était de 4,5 % en 1990, et de 4 % en août 2008, juste avant la crise des subprimes. Dans les deux cas, il était supérieur à l’inflation officielle. Le gouvernement pouvait prétendre qu’épargner rapportait. Mais les banques, après avoir obtenu de pouvoir souscrire des Livrets A, voulaient aussi utiliser plus librement les milliards de cette épargne populaire et donc favoriser d’autres types de placements.

Le gouvernement a donc décidé en 2018 de modifier la règle de calcul qui imposait que le taux d’intérêt du Livret A dépasse celui de l’inflation. Désormais, quand on épargne sur le Livret A, on perd tout de même de l’argent.

D’après l’Insee, le taux d’inflation était de 2,8 % fin 2021 et devrait rester supérieur à 2,5 % dans les mois qui viennent. Ces chiffres officiels, qui sont une moyenne sur des biens de consommation très variés, sous-estiment en réalité la baisse du pouvoir d’achat des classes laborieuses. Mais, même d’après eux, passer le Livret A de 0,5 % à 1 % est à peine une aumône. Sur un encours de 5 000 euros, au lieu de perdre 115 euros par an, on ne perd plus « que » 90 euros. Pas certain que ce soit ressenti comme un cadeau…

Thomas Baumer