Lycée Blanqui – Saint-Ouen : grève contre le manque de moyens

05 Janvier 2022

Le jour de la rentrée, une vingtaine d’enseignants du lycée Auguste-Blanqui de Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, ont décidé de se mettre en grève pour dénoncer le mépris du gouvernement et le manque de moyens pour faire face à la situation sanitaire.

Le ministre de l’Éducation parle d’un tiers d’enseignants « absentéistes » à prévoir en janvier. Le terme choque, à juste titre, pour désigner les collègues qui tomberont malades. Et, au-delà des effets d’annonces sur l’appel aux vacataires et aux jeunes retraités pour remplacer les absents, personne ne se fait d’illusions : les moyens humains ne suivront pas, alors que l’épidémie aggrave le manque chronique de personnel. Ainsi, au lycée, depuis septembre, un enseignant de français en arrêt maladie sans lien avec le Covid n’est pas remplacé et des élèves de première sont laissés sans professeur depuis quatre mois alors qu’ils doivent passer le bac français en juin.

Mardi 4 janvier, une trentaine d’enseignants et CPE ont poursuivi la grève et cherché à s’adresser aux parents d’élèves et aux collègues d’autres établissements. C’est la seule réponse à apporter à la politique du gouvernement, qui économise sur tous les services publics pour mieux servir les intérêts privés.

Correspondant LO