Livret A : le vol de l’épargne populaire

29 Décembre 2021

Alors que, selon l’Insee, l’inflation mesurée en novembre a atteint 2,8 % sur un an, le taux de rémunération du livret A reste à 0,5 %.

La maigre épargne des familles populaires, quand elle existe, est souvent déposée sur ce livret.

Elle perd donc actuellement 2,3 % en valeur réelle sur un an, l’équivalent de 23 euros par an perdus pour 1 000 euros.

Depuis 2018, le gouvernement Macron a fait modifier le mode de calcul du taux du livret A, d’une façon largement déconnectée de l’indice officiel de la hausse des prix.

Il est au mieux la moyenne calculée entre cet indice et un taux d’intérêt calculé par la Banque centrale européenne, le taux Eonia, utilisé pour les prêts entre banques. Or, parallèlement au déversement massif de liquidités par la BCE aux banques commerciales, ce taux est depuis 2015 devenu négatif ! Il est actuellement à - 0,5 %.

Ce subterfuge bloque l’augmentation du taux. Le gouvernement prévoit tout au plus une revalorisation en février prochain, qui pourrait péniblement atteindre 0,75 %. Il s’agit officiellement de favoriser la consommation, donc la reprise économique, et non l’épargne !

De toute façon, indépendamment de ce mode de calcul, le gouvernement a la possibilité de déterminer le taux du livret A. En 2016, Hollande d’ailleurs s’en était servi, non pour augmenter, mais pour bloquer son taux de rémunération !

Il est vrai que le monde appartient désormais non à ceux qui se lèvent tôt, mais à ceux qui fixent les taux.

Christian BERNAC