Keolis Daniel Meyer – Montlhéry : face à la répression patronale !

22 Décembre 2021

Le 20 décembre un rassemblement s’est tenu devant le dépôt de bus Keolis Meyer, à Montlhéry, dans l’Essonne.

La direction y tenait une séance de CSE avec vote des procédures de licenciement de quatre délégués, trois de FO et un de la CFTC. Elle a déjà licencié un délégué CFDT avec l’accord du ministère du Travail.

La direction reproche à trois délégués aux conditions de travail (CSSCT) un contrôle de l’état des bus qui, selon elle, aurait fait perdre des tours sur ligne. Le quatrième est accusé fallacieusement d’avoir bloqué la sortie des bus lors d’une grève le 18 novembre. Les conducteurs ont dénoncé les bus qui roulent avec des voyants d’avarie, l’absence de toilettes en bout de ligne et une direction qui se venge de l’action des militants intervenus pour mettre en place des protections au début de l’épidémie de Covid.

Chacun sait que cette répression patronale vise à imposer aux conducteurs de nouveaux reculs liés aux appels d’offres lancés pour l’exploitation des lignes. On est loin de la pseudo-­accalmie qu’Île-de-France Mobilités et sa présidente Valérie Pécresse ont annoncée à ce propos. Le patronat veut imposer des conditions d’exploitation encore pires.

Des conducteurs de bus de Keolis Versailles, du CEAT Keolis, de la RATP, de Transdev Chelles, des Cars d’Orsay sont venus en soutien, L’indignation monte face à ce patronat qui maltraite ceux qui lui rapportent des profits et elle pourrait gagner tous les dépôts de bus.

Correspondant LO