Groupe Wagner en Afrique : mêmes méthodes que la France

15 Décembre 2021

Le 13 décembre, l’Union européenne a décidé de sanctionner la société de mercenaires russes Wagner, proche de Poutine, notamment pour son intervention en Ukraine.

L’impérialisme français est surtout pour sa part confronté à ces mercenaires dans ses anciennes colonies d’Afrique, et le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, voudrait les en chasser en leur reprochant de faire ce qu’a fait l’impérialisme français pendant des décennies.

En Centrafrique, les hommes de Wagner ont pris la place des militaires français dès leur départ en octobre 2016, laissant le gouvernement faire face aux bandes armées qui dévastent le pays.

Au Mali, Wagner menace de réitérer l’opération, la junte militaire ayant fait appel à la société pour remplacer les troupes de l’opération Barkhane qui abandonnent leurs bases et se replient sur le Niger.

L’impérialisme français n’a plus la capacité militaire de défendre sa domination sur ses anciennes colonies, mais il ne supporte pas qu’un nouveau prédateur s’avance pour lui disputer sa proie. Le Drian affirme ainsi que « lorsque les hommes de Wagner pénètrent dans un pays, ils multiplient les violations et les exactions ». Faut-il rappeler que l’armée française en Centrafrique a laissé derrière elle plusieurs plaintes pour viols et agressions sexuelles, entre autres sur mineurs ; que les alliés de la France enrôlés sous la bannière de l’ONU, tchadiens notamment, ont été accusés par cette institution internationale de multiples exactions ; qu’au Mali, un bombardement français a tué 19 villageois à Bounty dans le centre du pays ?

Le Drian accuse aussi les hommes de Wagner de se « substituer à l’autorité de l’État », et de « confisquer sa capacité fiscale » parce que la société se fait payer en contrats miniers et se déplace accompagnée de prospecteurs et d’ingénieurs géologues. Mais qu’a fait l’impérialisme français dans ses anciennes colonies ? Que fait Total ? Que fait la société Orano, anciennement Areva ? Et en matière de barbouzerie, les hommes employés par les services de sécurité de ces sociétés, comme ceux des forces spéciales françaises ou de la légion, valent bien les mercenaires de Wagner. Tous sont des chiens de guerre agissant avec un mépris total pour les habitants et même les gouvernants du pays où ils opèrent.

Qu’une bande armée en remplace une autre ne change rien pour la population. Il lui faudra se débarrasser de toutes.

Daniel MESCLA