Chronopost – Alfortville : nouvelle lutte de travailleurs sans papiers

15 Décembre 2021

Un nouveau piquet de travailleurs sans papiers s’est installé devant l’agence Chronopost d’Alfortville dans le Val-de-Marne, en lien avec ceux de RSI Gennevilliers, ouvriers du bâtiment, et DPD, tri de colis, filiale de La Poste au Coudray-Montceaux.

Ils ont manifesté le 8 décembre devant la préfecture de Créteil pour demander leur régularisation

Il y a bientôt deux ans, une lutte devant l’agence Chronopost d’Alfortville avait permis d’imposer la régularisation de 27 travailleurs surexploités par cette filiale de La Poste et ses sous-traitants. Cela a permis aussi la régularisation de 46 autres travailleurs d’autres sociétés ayant activement participé à ce combat. Mais, à la faveur de la crise sanitaire et du confinement de mars à mai dernier, la préfecture du Val-de-Marne est revenue sur ses engagements, annulant le suivi des dossiers des travailleurs qui ont mené cette lutte, dont 83 ne sont toujours pas régularisés.

Chronopost, via une sous-traitance en cascade, continue à surexploiter des salariés sans papiers. Mais aujourd’hui, affolés par la lutte de DPD Coudray, les patrons de La Poste ont lancé dans la précipitation à Alfortville de pseudo contrôles de papiers, et ont mis brutalement à la porte des sans-papiers qu’ils ont recrutés et exploitent pourtant en toute connaissance de cause, depuis plusieurs années pour certains !

Le fait que des travailleurs soient sans titre de séjour permet à des entreprises de les surexploiter et tirer vers le bas les conditions de salaire et de travail de tout le monde. Tous ensemble, il faut se battre pour la régularisation globale de tous les sans-papiers. C’est l’intérêt de tous les travailleurs.

Correspondant LO