VFD – Vénissieux : en grève pour les salaires

02 Décembre 2021

Depuis mardi 30 novembre, les conducteurs de cars de SA-VFD, à Vénissieux, dans le Rhône, sont en grève illimitée. Ils réclament notamment une augmentation de salaire de 8 %, pour faire face à l’inflation.

Sur l’ensemble des dépôts de Vénissieux, Bourgoin, Pont-Évêque et Saint-Jean-de-Bournay dans le Nord-Isère, il y a largement plus de 70 % de grévistes.

Depuis 2018, VFD, qui dépendait auparavant du Conseil départemental de l’Isère, a été racheté par la Compagnie française de transport routier (CFTR), une filiale de la multinationale de transports CUBE. Pendant des années, au prétexte des difficultés financières de VFD, de nombreux sacrifices ont été demandés aux travailleurs, en particulier au niveau des salaires, quasiment bloqués. Alors, quand ceux-ci ont appris qu’en juillet 2020, au plus fort de la pandémie, 2, 5 millions d’euros avaient été distribués aux actionnaires, soit presque deux fois plus que l’année précédente, la colère a éclaté.

Aux revendications salariales s’ajoute le problème de l’aggravation des conditions de travail. Désormais, les conducteurs doivent travailler un samedi sur deux, au lieu d’un sur trois auparavant, sans possibilité de récupération et avec en plus la suppression des primes versées jusque-là pour le travail du week-end ! Ils ne disposent plus d’un planning de travail à l’avance mais apprennent du jour au lendemain leurs horaires de travail. Enfin le matériel mis à disposition, en particulier pour le nettoyage des cars, est inexistant ou obsolète. Ainsi, au dépôt de Vénissieux, la pompe de lavage est en panne depuis plus de trois mois et la direction refuse de la remplacer.

Devant le refus de leur direction de prendre en compte leurs revendications, les travailleurs de VFD ont donc décidé de la grève. C’est bien la seule arme qui puisse l’obliger à céder.

Correspondant LO