CEA – Saclay : augmenter tous les salaires !

24 Novembre 2021

Le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) est un organisme de recherche employant 20 000 salariés en France, dont 7 000 à Saclay, dans l’Essonne.

Au CEA, le point d’indice, qui sert de référence pour les salaires, est bloqué depuis douze ans. Les salaires commencent à peine au-dessus du smic pour les agents de sécurité, et à moins de 1 500 euros pour les techniciens. Déjà, avant la crise sanitaire, une pétition exigeant une hausse des salaires de 60 points pour tous, soit environ 300 euros, un point indexé sur l’inflation et une meilleure carrière pour le personnel non-cadre, avait recueilli 6 700 signatures.

Actuellement, le CEA peine à embaucher des techniciens et ingénieurs dans certaines catégories, du fait des faibles salaires. La direction a décidé de répondre à cette situation en revalorisant les salaires d’embauche pour ces seules catégories. Cela a généré un certain mécontentement car, si c’est tant mieux pour les jeunes embauchés, c’est aussi une manière de reconnaître implicitement que les salaires sont trop bas… et de ne rien faire pour les salariés déjà en poste.

Sur le site de Grenoble, les techniciens de salle blanche, qui travaillent en équipes, se sont mis en grève pour réclamer une augmentation de leurs salaires et primes. À Saclay, après une première assemblée qui a réuni 70 personnes fin octobre, une journée d’action a eu lieu le 16 novembre, débutant par une distribution de tracts aux portes le matin. À midi, les salariés se sont réunis à 150 et sont allés demander des comptes à la responsable des ressources humaines. Face aux témoignages des salariés contre le mépris qu’ils ressentent, celle-ci a difficilement caché son impuissance. La prochaine fois il faudra s’adresser directement à l’administrateur général, voire aux ministères de tutelle.

Correspondant LO