PPG – Bezons : contre la fermeture !

17 Novembre 2021

Lundi 8 novembre, alors qu’une audience se tenait au sujet de la fermeture de l’usine PPG de Bezons, dans le Val-d’Oise, qui fabrique des mastics pour l’aéronautique et l’automobile, plus d’une cinquantaine de travailleurs ont manifesté devant le tribunal administratif de Pontoise.

Ces travailleurs accompagnaient leur avocat pour contester la décision de la Direction régionale de l’industrie, de l’économie, de l’emploi et du travail, qui a accepté d’homologuer le mal nommé plan de sauvegarde de l’emploi présenté par la direction de PPG. Jusqu’à maintenant les refus d’homologation ainsi que les mobilisations des travailleurs avaient contraint la direction à repousser de plusieurs mois ses projets de fermeture. Mais cette fois, le juge n’a pas retenu le caractère urgent de la situation, ignorant l’échéance prochaine de fermeture à la fin de l’année. Cela n’a pas surpris ni découragé.

La direction espérait sans doute en profiter en annonçant qu’elle revenait sur le versement d’une prime qu’elle avait dû concéder pendant la grève. Une cinquantaine de travailleurs ont aussitôt envahi ses locaux pour lui signifier leur colère, et elle a vite fait machine arrière et annoncé le versement de cette prime.

Alors que le président multiplie les déclarations sur l’importance du travail pour relever le pays, l’antenne régionale du gouvernement ne juge même pas utile de s’opposer à la fermeture et aux licenciements.

Le groupe PPG qui annonce plus de 1,5 milliard de bénéfice pour les six premiers mois de l’année 2021, a largement profité des aides de l’État pour la recherche et l’emploi, de quoi maintenir le salaire et les postes des 208 salariés de Bezons.

Pour continuer à dénoncer ce scandale, les travailleurs de PPG appellent tous les travailleurs confrontés aux attaques patronales à manifester, aux côtés de délégations d’autres entreprises, pour réclamer avec eux l’interdiction des licenciements. Tant que leur usine n’est pas fermée, les travailleurs de PPG sont bien décidés à se faire entendre, convaincus que leur combat est celui de bien d’autres.

La manifestation aura lieu samedi 27 novembre à 14 heures à Paris, au Métro Bercy.

Correspondant LO