Le Pen : blabla sur le pouvoir d’achat

09 Novembre 2021

Sur la question du pouvoir d’achat, Le Pen prétend vouloir « rendre 200 euros par mois à tous les Français », en baissant la TVA et les taxes sur l’énergie.

Interrogé le 7 novembre sur les ondes radio sur la façon de financer ces mesures, le dirigeant du Rassemblement national, Jordan Bardella, a évoqué les milliards que coûteraient les prestations aux étrangers et la fraude sociale.

Les prestations aux étrangers ne coûtent rien au pays, au contraire, puisqu’elles sont alimentées par leurs cotisations sociales en tant que travailleurs. Ce que propose Bardella est donc tout simplement de les voler. Quant aux chiffres cités par ce démagogue d’extrême droite, ils sont mensongers, et invérifiables par définition quand il s’agit de la fraude à la Sécurité sociale. Mais cela lui permet de ne rien dire des dizaines de milliards empochés tout à fait officiellement et légalement par les actionnaires du CAC 40, de la fraude fiscale des plus riches, estimée régulièrement à plus de 100 milliards d’euros par an, de l’augmentation du nombre de milliardaires ainsi que de leur richesse…

En se présentant comme « la candidate du pouvoir d’achat », Le Pen cherche à se différencier de Zemmour, qui la concurrence sur le terrain de la démagogie anti-immigrés. Mais elle le fait à la façon des autres représentants de la bourgeoisie, en désignant des pauvres comme bouc émissaires, pour ne pas parler de la minorité de très riches privilégiés qui dominent l’économie, contrôlent les entreprises, décident des licenciements et du niveau des salaires, véritables responsables de l’appauvrissement qui frappe les classes populaires.

Marc RÉMY