Zineb Redouane : la hiérarchie couvre des meurtriers

03 Novembre 2021

Zineb Redouane, une Marseillaise de 80 ans, était morte après avoir été touchée à la tête par une grenade lacrymogène lancée par un CRS lors d’une manifestation de gilets jaunes en décembre 2018, alors qu’elle fermait ses volets.

L’IGPN, la police des polices, avait demandé que l’auteur du tir et son superviseur soient convoqués devant un conseil de discipline, sanction déjà bien légère pour un meurtre commis sur une personne qui, ne pouvait en aucun cas avoir eu une attitude agressive.

Le directeur général de la Police nationale vient de blanchir ces deux hommes, considérant que, étant donné « la nuit tombante, le bruit, la fumée et l’atmosphère de la manifestation », ils ne méritaient pas d’être sanctionnés. Ils devront juste faire un stage de formation continue.

Devant le verdict du DGPN, on n’a entendu aucune protestation de Darmanin, pourtant toujours prompt à s’indigner du prétendu laxisme de la justice face aux petits délinquants.

M. L.