Nos lecteurs écrivent Pas de période d’essai pour les salariés

27 Octobre 2021

À la suite de quelques mois en intérim dans une entreprise, la direction m’a proposé un CDI que j’ai tout de suite accepté. Un mois d’essai était programmé. Mais pendant cette période, la cadence de travail s’est fortement accélérée du fait de la suppression d’un poste de nuit. Je ne pouvais plus prendre de pause et j’avais droit à des remarques sur mon travail tous les jours.

De ce fait, deux jours avant la fin de ma période d’essai, j’ai refusé de poursuivre, sûr de mon bon droit à rompre le contrat. Quelle a été ma surprise de recevoir une lettre de Pôle emploi me sanctionnant de quatre mois de prestation pour démission.

Contacté, l’agent de Pôle emploi m’a confirmé cette règle et informé que le patron de l’entreprise avait envoyé un courrier dénonçant le fait que la rupture était de mon fait et non du sien. Comme si la différence de conditions de travail n’avait pas été organisée par la direction !

Alors que cette entreprise est très connue pour ses conditions de travail déplorables et son turnover, c’est nous, les salariés, qui sommes pénalisés. J’ai perdu plus de 800 euros, l’allocation chômage reçue avant de retrouver une nouvelle mission.

Un lecteur de l’Aisne