La Redoute Quai 30 – Wattrelos : les travailleurs ne se laissent pas faire

27 Octobre 2021

À La Redoute Quai 30 de Wattrelos, dans le Nord, l’usine de préparation des commandes, la direction avait instauré à cause de la pandémie une heure de battement entre les équipes du matin et de l’après-midi, soit une réduction de dix minutes du temps de travail.

La semaine du 11 octobre, la direction a décidé de modifier les horaires, en supprimant ces dix minutes, alors que les autres mesures de précaution contre la pandémie subsistent, comme la fermeture des vestiaires, et des salles de pause, le port du masque. D’après une étude, il serait possible de nettoyer les postes entre les équipes en quarante minutes au lieu d’une heure. Or les travailleurs sous-traitant de GSF sont toujours le même nombre et avaient déjà du mal à nettoyer en une heure. Cherchez l’erreur !

Le sentiment que la direction se moquait d’eux a entraîné un vif mécontentement, et l’équipe du matin a décidé de débrayer. À l’heure dite, le lieu de rassemblement s’est rempli de plus de 70 travailleurs, soit les trois-quarts des titulaires.

Des chefs en service commandé répétaient comme des perroquets les mêmes aberrations. Insatisfaits de ces élucubrations, les travailleurs ont attendu que les représentants de la direction redescendent des bureaux. Ils ont alors vidé leur sac. Assez des plannings mal faits qui démolissent la santé, des cadences, des pressions !

Une grande majorité des titulaires de l’équipe d’après-midi a suivi. Le lendemain, l’équipe du matin a débrayé à nouveau à une quarantaine et l’après-midi une bonne partie de celle du week-end a débrayé à son tour.

Même si la direction n’a pas reculé, les travailleurs étaient contents d’avoir montré qu’ils ne sont pas dupes du double langage d’une direction au service de la famille des Moulins Houzé, ces propriétaires majoritaires de La Redoute, qui a dégagé en 2020 plus de 40 millions d’euros de profits.

Correspondant LO