Alvance Wheels – Diors : en lutte contre les licenciements

27 Octobre 2021

Les salariés d’Alvance Wheels, un fabricant de jantes en aluminium, sont en grève depuis le 18 octobre à Diors, près de Châteauroux.

Ils sont menacés de licenciement, car l’entreprise placée en redressement judiciaire risque la fermeture faute de repreneur. Ils alternent périodes de travail et activité partielle, et les salaires en baisse provoquent des fins de mois difficiles.

La grève, d’abord prévue pour deux jours, a continué malgré les pressions de la direction. Les travailleurs se sont installés, relayés et rassemblés devant l’usine pour discuter de l’avenir du mouvement.

Les camarades du Poitou Alu et GMS sont venus les soutenir vendredi 22 octobre. Une dame a apporté à manger, disant qu’elle était d’autant plus solidaire qu’elle venait d’être licenciée récemment.

Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’État à l’Économie, prétendant protéger le dernier producteur de roues français, a utilisé un vocabulaire guerrier. Elle a promis « d’activer une mission choc industriel dans le cadre du programme Territoire d’industrie », de « déployer une équipe commando à Châteauroux ». Son plan de bataille consiste uniquement en la promesse d’arroser le sous-traitant qui voudra bien reprendre l’entreprise, si Renault et Peugeot acceptent d’assurer les commandes.

Les travailleurs n’ont plus d’illusions et en ont assez d’être trimballés d’échéance en échéance. Depuis douze ans, les salariés d’Alvance Wheels ont connu trois plans sociaux. Cette fois-ci, les annonces, les revirements, les incertitudes sont devenus insupportables et, loin de calmer les travailleurs, ont renforcé leur détermination.

Correspondant LO