Vitesco – Foix : trois travailleurs licenciés pour l’exemple

20 Octobre 2021

Trois ouvriers de l’usine Vitesco (anciennement Continental) de Foix, en Ariège, ont été sanctionnés d’une mise à pied conservatoire et viennent d’être licenciés.

Deux d’entre eux sont d’anciens élus du personnel, et c’est à la hussarde que la direction leur a signifié leur mise à pied : l’un d’entre eux s’est vu délogé de son poste de travail à 4 heures du matin par un huissier !

Le motif invoqué pour cette sanction inique est : « incivilité envers vos collègues et deux intervenants extérieurs ; atteinte à l’image de la société par l’adoption d’une attitude dénigrante » lors d’une journée ESH (Environnement Sécurité Hygiène) ! Le crime serait prétendument d’avoir « accaparé le temps de parole d’un ton vindicatif et contestataire », et d’avoir osé qualifier l’entreprise Veolia, organisatrice de la journée, de « capitaliste », nouveau crime de lèse-majesté qualifié de « violence au travail » par la direction.

Licenciés pour avoir échangé dans une journée d’échanges, c’est carrément un délit d’opinion ! Une pétition a circulé dans les différents sites Continental de la région et, mercredi 13 octobre, un rassemblement de soutien a été organisé devant l’usine de Foix, en présence de la presse locale… et d’une huissière commise par la direction pour surveiller la chose.

Priver d’emploi et de salaire, sous des prétextes dérisoires, trois ouvriers qui sont connus pour leur franc-parler, c’est vouloir faire un exemple pour tenter d’intimider tous les salariés. Il n’est pas dit que les travailleurs se laisseront impressionner par ces manœuvres scandaleuses.

Correspondant LO