Mort de Steve : la justice se hâte lentement

20 Octobre 2021

Plus de deux ans après la mort par noyade de Steve Maia Caniço, un jeune homme de 24 ans, suite à une charge policière lors de la fête de la musique à Nantes, le procureur de Rennes a annoncé, le 14 octobre, la mise en examen de l’ancien préfet de Loire-Atlantique pour homicide involontaire.

Ce préfet s’était distingué pour avoir justifié l’intervention policière en rejetant la responsabilité sur les participants, les qualifiant « d’individus avinés qui ont probablement pris de la drogue ». Souhaitant faire taire toute contestation suite au rapport de l’IGPN dédouanant la police, il avait ensuite interdit en août 2019 une manifestation à Nantes réclamant justice pour Steve. Ce haut fonctionnaire a eu droit aux honneurs de la République le 14 juillet dernier : il s’est vu promu au grade d’officier de la Légion d’honneur.

Cette mise en examen intervient après celles, cet été, de son directeur de cabinet au moment des faits et du commissaire divisionnaire qui était chargé du dispositif policier pour cet événement.

La mobilisation de la famille et des proches de la victime, ainsi que d’une partie de la population qui a participé aux différentes manifestations, a permis d’aboutir à ces mises en examen. Mais il faudra encore du temps pour qu’un procès ait lieu et rien ne dit qu’il débouche sur des condamnations. Le combat pour que justice soit rendue n’est pas terminé.

David Mencas