Hommages à Samuel Paty : commémorations officielles et vraies responsabilités

20 Octobre 2021

Le 15 octobre, le gouvernement a organisé des commémorations officielles pour rendre hommage à Samuel Paty, l’enseignant d’histoire-géographie assassiné par un islamiste pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression.

Dans bien des établissements scolaires, le personnel se souvient d’avoir été confronté à une tout autre attitude des autorités il y a un an. Alors que beaucoup d’enseignants sous le choc ressentaient le besoin de discuter entre eux et de partager leurs sentiments, le ministre de l’Éducation Blanquer avait pris prétexte de l’épidémie de Covid pour supprimer les heures qui devaient permettre de telles réunions. Il avait fallu que les syndicats appellent à la grève pourqu’elles soient possibles, parfois contre la volonté de l’administration.

Les hommages officiels mettent en avant la liberté d’expression, la laïcité et les « valeurs de la république ». Ce gouvernement a largement montré, comme les précédents, en diminuant les moyens de l’éducation, à quel point celle des jeunes des milieux populaires n’est pas son problème.

Tous les discours sur la république menacée masquent aussi que les attentats terroristes sont le sous-produit de la politique des grandes puissances, de la misère et des guerres auxquelles elles contribuent sur tous les continents. En tant que dirigeants d’un des principaux pays impérialistes, Macron et ses ministres figurent parmi les premiers responsables de cette barbarie qu’ils prétendent dénoncer.

Lucas Pizet