CAF : employés et usagers payent la facture

20 Octobre 2021

Une récente enquête de la CFDT sur le travail à la CAF et à Pôle emploi, dont France 2 du 18 octobre a fait état, met en lumière à quel point la politique du gouvernement aggrave les conditions de travail des salariés en même temps que les conditions de vie des allocataires.

Agents d’accueil et employés sont près d’un tiers à trouver qu’avec la situation actuelle, selon les mots d’une d’entre eux, de plus en plus d’usagers sont « à bout de nerfs ».

Même si ce n’est pas nouveau, les tensions et même l’agressivité se sont accrues avec l’accumulation des retards dans le traitement des dossiers. En janvier 2021, 3,8 millions de documents à traiter étaient en attente, en octobre, ils étaient 4,2 millions.

Du côté des salariés, les réformes gouvernementales sur l’assurance chômage et sur l’aide au logement (APL) ont augmenté la charge de travail. Le calcul de l’APL en particulier, qui n’est plus fait à partir des revenus de l’année précédente mais est modifiable en fonction des revenus au cours de l’année, a entraîné une surcharge de travail, accrue par le changement de logiciel et les multiples pannes informatiques.

Du côté des allocataires, certains, interrogés par France 2, révélaient l’ampleur des dégâts causés dans leur vie par la politique gouvernementale. L’un disait qu’il n’avait plus de revenu depuis trois mois, un autre avait multiplié les démarches pour savoir s’il pouvait ou non toucher le RSA : sans réponse ! Une autre encore rapportait qu’on lui devait plus de trois mille euros.

Pour le gouvernement, ce qui compte avant tout, ce sont les économies sur le personnel des services publics et sur les allocataires. Tel est bien le but de ses réformes, au risque d’atteindre le point critique où tout se bloque.

Sylvie MARÉCHAL