Prime aux chômeurs : surtout une aide au patronat

13 Octobre 2021

La ministre du Travail, Élisabeth Borne, a annoncé qu’une prime de 1 000 euros allait être versée à certains chômeurs de longue durée.

Mais, quand on y regarde de plus près, il s’agit au fond encore d’une aide au patronat.

Cette prime ne sera donnée qu’aux chômeurs inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an et en formation « dans les métiers qui recrutent », pour reprendre les termes de la ministre, comme l’hôtellerie, la restauration ou le bâtiment. Il faudra même que les chômeurs concernés aient une promesse d’embauche s’ils veulent y avoir droit. Et la prime leur sera versée moitié au début de la formation et moitié à la fin.

En fait, dans ces secteurs où les salaires sont très bas, parfois en-dessous du smic, et où le patronat se plaint de ne pas trouver suffisamment de réponses à ses offres d’emploi, le gouvernement lui donne un coup de main sous forme d’une prime à l’embauche payée par l’État. C’est une manière de faire passer la pilule des bas salaires sans mettre du tout à contribution les employeurs.

Dans ces secteurs, si certains petits patrons ont des difficultés, on compte aussi des grands groupes richissimes : les chaînes de la restauration comme McDonald’s, de l’hôtellerie comme Accor, ou des géants comme Vinci ou Bouygues dans le bâtiment. Prendre sur les profits de ceux-là permettrait de créer des emplois et d’augmenter les salaires, y compris dans les plus petites entreprises.

Pierre ROYAN