Bibliothèques municipales : contre la mise au passe

06 Octobre 2021

Depuis le 21 juillet, les bibliothèques municipales ne sont plus accessibles sans présentation du passe sanitaire, tout comme les cinémas ou les théâtres.

Les bibliothèques sont les premiers lieux culturels fréquentés par la population. Dans tout le pays, l’entrée y est gratuite et il n’est pas besoin de justifier de quoi que ce soit pour y venir. Le contrôle du passe sanitaire pose problème car, fonctionnant souvent à flux tendu, les bibliothèques doivent mobiliser un agent supplémentaire pour chaque heure d’ouverture.

Les mesures du gouvernement sont incohérentes. Il a demandé aux bibliothèques de ne pas contrôler les étudiants et les chercheurs, avec l’argument qu’ils étaient dans le cadre de leur travail. Depuis le 30 septembre, les adolescents doivent être contrôlés et avoir leur passe sanitaire, sauf si c’est pour l’aide au devoir… Un adolescent venant emprunter un livre serait donc plus dangereux sur le plan sanitaire que s’il vient faire son aide au devoir ? On nage dans l’absurde.

En août, plusieurs bibliothèques de grandes villes ont connu des grèves. Les employés ont dénoncé à juste titre l’absurdité de ces mesures qui touchent d’abord les classes populaires et les populations fragiles qui ne disposent pas de passe sanitaire. Cela a été notamment le cas à Paris et en Île-de-France, à La Rochelle, à Toulouse, à Brest ou à Grenoble, où le mouvement a été particulièrement suivi.

Une nouvelle journée nationale d’action a eu lieu le vendredi 1er octobre et de nouvelles bibliothèques ont fait grève, comme à Guingamp ou à Strasbourg. Dans certains cas, des grévistes exprimaient aussi leur colère sur le vol de leurs congés, avec l’imposition des 1 607 heures dans la fonction publique territoriale.

Si des bibliothécaires n’acceptent pas de jouer un rôle de garde-chiourme et de tri de la population, c’est tant mieux. Les bibliothèques doivent rester accessibles à tous les publics, avec ou sans passe.

Correspondant LO