Tarifs du gaz : hausses insupportables

29 Septembre 2021

Le 1er octobre, les tarifs réglementés du gaz augmentent de 12,6 %. En cumulé, depuis le 1er janvier, cela fait une hausse de presque 60 %.

Trois millions de foyers abonnés aux tarifs réglementés via Engie sont directement concernés. Mais deux autres millions de foyers ayant souscrit un abonnement à un tarif dit « libre » auprès d’autres fournisseurs vont aussi subir l’augmentation, car le prix du gaz est de toute façon indexé sur les tarifs réglementés. Au total, la moitié des consommateurs sont touchés.

Cette décision a été prise sous la pression des dirigeants des grands groupes fournisseurs de gaz comme Engie, EDF ou Total, et avec l’accord du gouvernement. Sur les marchés, le prix du gaz a été multiplié par quatre en neuf mois. Alors, du point de vue de tous ces grands groupes, les tarifs réglementés ou indexés de l’énergie augmentent beaucoup trop lentement et sont des freins aux profits exceptionnels que la situation leur offre.

Devant le scandale que représente cette nouvelle hausse, et alors qu’il n’a même pas fait mine de s’y opposer, le gouvernement a dit qu’il allait prendre « des mesures ». Peut-être qu’il suivra l’exemple du gouvernement espagnol qui vient d’annoncer la baisse des taxes étatiques sur l’énergie, le plafonnement de certains tarifs et l’annonce d’une surtaxe sur les bénéfices des fournisseurs. Mais en réalité, il ne s’opposera pas à l’appétit des fournisseurs. Il cherchera juste à laisser croire qu’il le fait, tout en laissant, de fait, les grands groupes racketter la population.

Il n’y a que les travailleurs eux-mêmes qui pourront, par leurs luttes, défendre leur niveau de vie.

Pierre ROYAN