Hôpital de Mulhouse : plan blanc et économies sur la santé

29 Septembre 2021

Pour la deuxième fois depuis le début de la pandémie, le groupement hospitalier de Mulhouse a activé le plan blanc.

Cela entraîne la fermeture de certains services, ou leur fonctionnement a minima. En particulier, une proportion importante (plus du tiers) des opérations sont reportées, ce qui est dur et éprouvant pour les patients.

Cette décision a été prise à la suite de l’obligation vaccinale pour le personnel hospitalier. La direction en a profité pour en rendre responsables les soignants non vaccinés, ce qui a été repris par les médias. À ce jour, quelque 170 salariés ont été suspendus pour cette raison, sur les 6 300 salariés de l’hôpital. Il s’agit pour les autorités de montrer du doigt ces soignants et de détourner l’attention des véritables responsables de la situation actuelle.

Cela fait des années que l’hôpital fonctionne difficilement, que les salariés demandent des embauches, et cela avant même la pandémie. Le Covid a bien sûr renforcé les difficultés, mais depuis un an et demi, les établissements de la région n’ont ni formé ni embauché, même partiellement, le personnel nécessaire. Il était prévisible, et même annoncé, que l’obligation vaccinale entraînerait des suspensions, ce qui rendait encore plus nécessaires ces embauches. D’autant qu’une partie des salariés de l’hôpital ont démissionné et que d’autres sont en arrêt, épuisés par les conditions de travail plus que difficiles.

La direction et les autorités montrent du doigt le personnel alors que les économies rendent le travail infaisable, et qu’elles refusent de mettre les moyens pour pouvoir soigner la population de façon humaine et efficace.

Correspondant LO