Ça gaze pour eux

29 Septembre 2021

À en croire les commentateurs, l’explosion des prix du gaz s’expliquerait par la reprise économique mondiale. La demande accrue ferait monter les prix et la situation actuelle ne serait qu’un moment difficile à passer.

Mais si la consommation mondiale de gaz a beaucoup augmenté cette année par rapport à 2020, elle est en ­réalité du même niveau qu’en 2019, 2018 ou 2017. C’est l’offre de gaz des grandes multinationales qui s’est réduite et c’est ce qui a provoqué la pénurie.

L’année dernière, à cause des confinements liés au ­Covid-19 et parce qu’il était plus compliqué d’envoyer des équipes techniques sur les lieux de production, il y a eu très peu de maintenance sur les installations. Et cela, alors que depuis plusieurs années, il y a une diminution générale des investissements. Tout cela a fait que les capacités de production ont diminué. Mais pour les grandes compagnies, cette situation a été une aubaine : non seulement elles n’ont pas dépensé en investissement et en plus elles ont profité des prix élevés. Et les profits ont suivi.

Il faut aussi ajouter l’action des spéculateurs, qui sont souvent aussi les grandes compagnies elles-mêmes. Comme les stocks de gaz des pays européens sont très bas alors que l’hiver arrive, les spéculateurs ont acheté des quantités importantes de gaz qu’ils ont retirées du marché, en espérant les revendre beaucoup plus cher au milieu de l’hiver. Cela a aggravé la pénurie et fait encore monter les prix.

P. R.