Hausse des prix : imposer celle des salaires !

08 Septembre 2021

Selon l’organisme officiel France stratégie, le loyer, les charges, la cantine, la facture du téléphone et d’Internet, tout ce que l’on appelle les dépenses contraintes, est passé entre 2001 et 2017, de 27 à 32 % des dépenses totales des ménages.

Le plus souvent prélevées automatiquement, ces dépenses viennent réduire le revenu disponible pour se nourrir, se vêtir, se déplacer, se soigner, et autres frais non moins indispensables. En 2017, une personne seule touchant 679 euros ne disposait plus en moyenne que de 169 euros pour régler ses achats tout au long du mois. Pour un revenu de 1 162 euros, il restait 600 euros. Et c’est encore pire là où les loyers pèsent davantage.

Aujourd’hui, la situation s’aggrave du fait d’une accélération des hausses, allant de l’essence aux produits alimentaires. L’indice officiel de l’Insee publié fin août indique une augmentation annuelle de 6,3 % pour les prix des produits frais, de 12,7 % pour l’énergie.

Une partie croissante de la population doit tailler dans le vif entre des dépenses plus indispensables les unes que les autres. Face à la vie de plus en plus chère, les travailleurs devront se mobiliser pour imposer l’augmentation des salaires et leur indexation sur les prix.

Jean SANDAY