Vaccins : les États garantissent les profits

11 Août 2021

L’Union européenne vient de passer commande à l’entreprise américaine Novavax de 200 millions de doses d’un nouveau vaccin contre le Covid-19.

Grosse start-up du secteur des biotechnologies créée en 1987, Novavax emploie moins de 400 salariés et n’a encore jamais mis un seul vaccin sur le marché. Dès le début de la pandémie, l’entreprise a lancé un projet de vaccin contre le Covid-19. Pour cela, elle a d’abord touché, en mai 2020, l’équivalent de 330 millions d’euros d’une fondation privée. Le gouvernement américain a ensuite versé 60 millions en juin, puis 1,3 milliard un mois plus tard pour financer le lancement de la production et la réalisation d’essais cliniques, en échange de la promesse de livraison de 100 millions de doses.

Aujourd’hui, les essais sont toujours en cours et le vaccin n’est encore officiellement autorisé nulle part. Mais l’argent afflue déjà, car les contrats passés avec les États prévoient généralement un premier paiement immédiat et le versement du reste une fois le vaccin approuvé par les autorités médicales. Outre les États-Unis, l’Union européenne et le Canada, le programme Covax de l’ONU a aussi commandé 350 millions de doses à Novavax. Le montant des contrats est confidentiel, secret des affaires oblige.

La bonne santé des profits de ces capitalistes de la santé est déjà garantie par les fonds publics, que le vaccin s’avère efficace ou pas.

Nicolas MANNE