Hôpitaux : une catastrophe annoncée

04 Août 2021

Alors que la quatrième vague de l’épidémie de Covid est en pleine progression, et bien que l’augmentation du nombre d’hospitalisations ne suive toujours qu’avec retard celle du nombre de personnes infectées, la situation dans les hôpitaux s’est déjà considérablement dégradée.

Certains ont commencé à déprogrammer des opérations, d’autres à transférer des malades.

Mais c’est pour le moment dans les services d’urgences que la nouvelle flambée épidémique a le plus de conséquences. En effet, elle s’ajoute aux autres causes de manque de personnel par rapport aux besoins, qui est chronique dans ces services, particulièrement l’été : agents en congés, nécessité d’assurer davantage les tâches de la médecine de ville et, dans certaines régions, afflux de touristes.

Vu le personnel trop peu nombreux, et parfois envoyé ailleurs pour faire face à la recrudescence du Covid, les autorités ont une fois encore fermé tout simplement les Urgences de certains centres hospitaliers. C’est parfois seulement la nuit, comme à Landerneau, parfois en totalité pour une semaine, comme à Saint-Calais dans la Sarthe. À Château-du-Loir, dans le même département, les Urgences seront fermées la même semaine un jour et quatre nuits ! Dans d’autres villes, les fermetures sont d’ores et déjà programmées pour tout le mois d’août, voire au-delà : toutes les nuits du mois à Saint-Chamond, tandis qu’à Senlis, c’est pour deux mois que la fermeture sera totale, personnel soignant et patients étant priés de se retrouver à l’hôpital de Creil.

Le retour de l’été n’avait pourtant rien d’un événement imprévisible. Quant au variant Delta, les épidémiologistes annonçaient depuis des mois que sa plus grande contagiosité le rendrait inéluctablement majoritaire, comme le variant dit « anglais » avant lui. Dans ces conditions, la pénurie de personnel dans les hôpitaux résulte d’un choix politique et mène à un désastre annoncé. Et ce sont les mêmes dirigeants politiques qui pour tenter de faire oublier qu’ils en sont responsables, traitent d’irresponsables et d’égoïstes ceux qui ne se sont pas fait vacciner à leur claquement de doigt !

Julien Bisson