SNCF : chantier mortel pour un cheminot

28 Juillet 2021

Dimanche 25 juillet, un cheminot de 55 ans est mort, victime d’un affaissement de terrain au niveau de la gare de Massy-Palaiseau dans l’Essonne. Ingénieur à SNCF Réseau, il effectuait, avec son équipe, une visite de contrôle du talus quand celui-ci s’est effondré.

Enseveli à proximité d’un forage de trente mètres dans le sol, le corps n’avait toujours pas été retrouvé mardi 27 juillet et les recherches avaient même été interrompues en raison de l’instabilité du sol.

Cet accident s’est produit sur un chantier de remplacement des ponts ferroviaires pour le compte de la SNCF et de la RATP. Une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer les causes de cette catastrophe, qui peuvent être multiples : les intempéries les semaines précédentes, la nature du sol et d’éventuelles défaillances au niveau des travaux, ou des vibrations engendrées par la vitesse des TGV.

Cela rappelle encore une fois que les travailleurs, désignés par Macron comme des irresponsables en puissance qu’il faut contrôler et surveiller jusque dans le domaine sanitaire, sont toujours en première ligne, prenant des risques quotidiennement, qu’ils travaillent à bord des trains, sur les chantiers ou dans les ateliers. Chaque année, plusieurs accidents mortels et, chaque mois, plusieurs centaines d’accidents du travail sont à déplorer à la SNCF ou dans les entreprises sous-traitantes. Mais la mort d’un travailleur n’émeut pas les rédactions des grands médias.

De nombreux bulletins télévisés ou en ligne ont publié cette information tout le dimanche, mais souvent uniquement pour signaler que des centaines de trains et des milliers de passagers étaient bloqués en raison de l’interruption du trafic à grande vitesse. Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, dans un tweet qui a scandalisé bon nombre de travailleurs, après les brèves condoléances d’usage à la famille du cheminot décédé, indiquait : « Le trafic SNCF a dû malheureusement être interrompu, mes pensées accompagnent tous les voyageurs bloqués en ce dimanche de retours.» Si la circulation des trains n’avait pas été stoppée, il est probable que ni elle ni ses semblables n’auraient évoqué cet éboulement meurtrier.

Pour assurer leur protection et celle des usagers, l’expérience quotidienne montre aux travailleurs qu’il leur faut en permanence s’opposer à la recherche de la rentabilité et du profit, qui est l’obsession de tous les patrons, dans le privé comme le public. Et les irresponsables sont à chercher au sommet de l’entreprise et de l’État, et non parmi les travailleurs.

Christian BERNAC