Allocations : davantage d’exclus

14 Juillet 2021

Dans une interview au quotidien 20 minutes, la secrétaire d’État Sophie Cluzel a tenté de justifier son opposition à un calcul individuel de l’allocation adulte handicapé, en déclarant que ce serait une brèche ouverte pour revoir également le calcul du RSA et de l’APL, l’aide personnalisée au logement.

On ne saurait mieux dire ! Car de plus en plus de personnes seules, et aussi de couples, n’ont plus droit à ces allocations.

Par exemple, il y a quelques années encore, une personne seule payée au smic, ou un peu au-delà, pouvait toucher des APL. Ce n’est plus le cas aujourd’hui dans une agglomération de plus de 100 000 habitants, située en dehors de Paris, même si les loyers sont chers : une personne qui perçoit 97 % du smic, soit 1 194 euros en salaire net, en est privée. Et c’est encore pire si elle se met en couple : même avec deux enfants, un couple est considéré comme trop riche pour percevoir les APL si les revenus du foyer dépassent 1,79 smic, soit 2 203 euros, contre 2,14 smic en 1996.

Bien involontairement, la secrétaire d’État a fait remarquer que les handicapés ne sont pas les seuls allocataires à être touchés par les entourloupes concoctées dans les cabinets ministériels.

Jean SANDAY