Interdigital – Rennes : face aux suppressions de postes

30 Juin 2021

Interdigital est une société spécialisée dans le commerce des brevets. L’activité, essentiellement financière, consiste à posséder un portefeuille de brevets bien ciblé et à faire payer une redevance pour leur utilisation à des sociétés comme Apple, Samsung ou Huawei.

Interdigital a ainsi empoché 340 millions de dollars en 2020 (+13 % en un an). Il possède 926 millions de dollars de trésorerie. Il a, ces cinq dernières années, racheté puis détruit pour 380 millions de dollars de ses actions afin d’en faire monter le cours. Et accessoirement, il a bénéficié de 12 millions d’euros de crédit impôt recherche pour son centre de Rennes, repris à Technicolor en 2019.

Autant dire que l’annonce, le 10 juin dernier, de 60 suppressions de postes sur 141 au centre de Rennes est vécue par les travailleurs de l’entreprise comme un scandale inacceptable. Avertis fin mai de l’imminence du plan par une source anonyme, ils s’étaient déjà mis en ordre de bataille. Depuis, ils multiplient les initiatives, s’adressant à la presse, interpellant les municipalités de Rennes Métropole, ou manifestant en ville lors de la journée interprofessionnelle du 22 juin. Des rassemblements ont lieu plusieurs fois par semaine devant l’entreprise. Tous dénoncent le cynisme de cette entreprise qui vante sa « responsabilité sociale et environnementale ».

Interdigital, qui comptait sans doute sur un effet de surprise pour boucler son plan durant l’été, est tombé sur un os. Les travailleurs, en s’organisant, prennent confiance dans leur force et ne comptent pas en rester là. Un déplacement devant le Parlement européen, où Interdigital paie des lobbyistes, est en discussion, afin d’y dénoncer l’attitude de cette société qui vit en parasite sur les activités de recherche et d’innovation.

Correspondant LO