Hôtel Collectionneur Paris 8e : non aux licenciements !

16 Juin 2021

À l’hôtel de luxe Le Collectionneur de Paris 8e, où le prix de la nuit commence à 1 300 euros et peut atteindre jusqu’à 12 000 euros pour la suite présidentielle, le patron vient d’annoncer sa volonté de licencier 96 des quelque 230 salariés.

L’hôtel, situé dans l’un des plus beaux quartiers de la capitale, est fermé depuis de nombreux mois du fait de la pandémie et de l’arrêt du tourisme international. Cela ne l’a pas empêché de recevoir du gouvernement environ 5 millions d’euros. La pandémie a même été l’occasion de faire plus de 30 millions d’euros de travaux. Ainsi les chambres ont été dotées de balais toilettes et de dévideurs de papier en plaqué or ! La famille du propriétaire vient d’acheter l’immeuble situé rue de Courcelles, juste en face de l’hôtel, pour plusieurs dizaines de millions d’euros.

L’argent est donc là, mais c’est aux travailleurs que le patron veut faire payer la facture. Outre les 96 licenciements, il veut dénoncer tous les accords et arrangements locaux, et instaurer une flexibilité sur les hôtels du groupe. Ce serait un recul pour tous les salariés de celui-ci.

On comprend la colère de ceux qui ont décidé de se rassembler devant l’hôtel « pour zéro licenciement », comme ils l’ont exprimé mardi 15 juin. Plusieurs prises de parole ont eu lieu, entre autres de salariés d’autres hôtels, eux aussi objets des mauvais coups patronaux. Avec les militants de l’union locale de Paris 8e, de l’UD-CGT, tous ont exprimé l’idée de se retrouver régulièrement pour la mobilisation nécessaire.

Correspondant LO