Faire entendre le camp des travailleurs : la liste Lutte ouvrière en Bourgogne-Franche-Comté

09 Juin 2021

En Bourgogne-Franche-Comté, les emplois dans l’industrie représentent 25 % du total, ce qui la classe parmi les régions les plus industrialisées du pays.

En Franche-Comté, à l’est, dans la zone frontalière avec la Suisse, l’industrie automobile et métallurgique domine. PSA y est implanté depuis plus d’un siècle. Là, il y a de grosses entreprises de près de 9 000 salariés dans le groupe Stellantis (ex-PSA), de 3 500 à General Electric et Alstom à Belfort. Des centaines de sous-traitants en dépendent, installés jusque dans les départements voisins, comme MBF, une fonderie d’aluminium jurassienne. Cette concentration de trusts de taille mondiale fait que la classe ouvrière y est à la fois nombreuse et concentrée.

La Bourgogne est une région agricole mais en même temps marquée par une vieille tradition industrielle comme au Creusot en Saône-et-Loire, ou à Imphy dans la Nièvre. Vin oblige mais aussi vaches charolaises et fromage, l’industrie y est autant agroalimentaire que métallurgique. Cela donne des entreprises très diversifiées et implantées de façon diffuse. Aussi, nombre de petites villes sont complètement ouvrières, comme Montbard, dans le nord de la Côte-d’Or, ou Avallon dans l’Yonne.

C’est cette réalité d’une importante classe ouvrière, avant tout industrielle, que traduit notre liste. Car elle comprend à la fois des travailleurs de grandes entreprises, comme Michel Treppo, tôlier-retoucheur à l’usine PSA de Sochaux, Cédric Fischer, ouvrier à l’usine PSA de Vesoul, Daniel Rouillon, soudeur à Alstom et aussi des salariés des services publics : Sylvie Manigaut, postière dans l’Yonne, Geneviève Lemoine, assistante sociale dans la Nièvre, Pascal Dufraigne, cheminot en Saône-et-Loire. Fabienne Delorme, en Côte-d’Or, est enseignante comme Dominique Revoy, dans le Jura. Quant à notre tête de liste régionale, Claire Rocher, elle est infirmière au CHU de Dijon.

Notre liste n’est pas là pour défendre les intérêts régionaux des notables et des bourgeois locaux mais les intérêts de classe des travailleurs à l’échelle du pays.