La Redoute : un pépin dans la clémentine

02 Juin 2021

Mis à pied une journée pour avoir mangé une clémentine à proximité de son poste de travail, un salarié de La Redoute à Quai 30, l’usine d’expédition des colis, a gagné en appel.

Il y a trois ans, l’objet du « délit », une peau de clémentine, était retrouvé à côté de son poste par une chef zélée de ce salarié, qui avait alors quatorze ans d’ancienneté et un casier vierge de sanction disciplinaire. Les faits : une panne de machine avait entraîné un arrêt de la production. Le salarié, qui avait pris son poste à 6 heures du matin, s’était retiré sur un banc proche et avait mangé la fameuse clémentine. La machine redémarrée, il avait pris les pelures avec lui et les avait posées près de lui. Malgré ses explications, la direction, bien décidée à faire un exemple, l’avait sanctionné d’une journée de mise à pied, ce qui lui avait coûté 77, 53 euros !

Le conseil des prud’hommes avait validé la sanction, sous prétexte que le règlement intérieur interdisait de manger à son poste de travail. En revanche, la cour d’appel de Douai vient de rendre un jugement contraire, estimant la sanction disproportionnée au regard des faits reprochés.

Il est insupportable que les patrons puissent s’arroger le droit d’imposer un règlement infantilisant les travailleurs et leur interdisant une chose aussi naturelle que manger un fruit pendant une panne, après plusieurs heures de travail intense.

Heureusement, la direction de La Redoute se couvre de ridicule : elle va devoir rembourser la journée de mise à pied, ce que l’ensemble des salariés de La Redoute ressentent comme une victoire.

Correspondant LO